• Terre Bleue sur facebook
  • Terre Bleue sur twitter
Du simple trou dans la terre dans un camp de réfugiés au Pakistan aux toilettes en or les plus chères du monde à Hong Kong. Des toilettes flottantes lors d’une crue à Djakarta aux urinoirs vengeurs garnis des portraits de banquiers Islandais responsables de la faillite de ce pays paisible. Des toilettes invraisemblables installées sur la banquise par des chercheurs Suisses... Une initiative du SIAAP (service public de l’assainissement francilien et de Terre Bleue).
Un homme urine sur les photos de banquiers islandais responsables de la crise financi&egrave;re qui secoue le pays. (Islande &ndash; 2009) AFP Photos<br />&Agrave; l&rsquo;&eacute;t&eacute; 2008, les Islandais sont ruin&eacute;s. Ils d&eacute;couvrent que les dettes de leurs banques repr&eacute;sentent douze fois le PNB du pays. Les Islandais, avant cette crise, avaient d&eacute;j&agrave; pris l&rsquo;habitude de prendre un deuxi&egrave;me boulot pour payer leurs divers cr&eacute;dits (logement, 4 x 4&hellip;). La crise les laisse &agrave; genoux. Ne restent que les urinoirs pour &hellip;pleurer. Pendant la deuxi&egrave;me guerre mondiale, un industriel anglais proposait des pots de chambre au fond desquels figurait l&rsquo;image d&rsquo;Hitler.
Jeune femme lisant dans une salle de bain.<strong> (Milan &ndash; 1997) Ferdinando Scianna / Magnum Photos<br /></strong>La lecture aux toilettes est un objet si vaste qu&rsquo;Henry Miller lui a consacr&eacute; en 1957 un c&eacute;l&egrave;bre petit livre Lire aux cabinets constamment r&eacute;&eacute;dit&eacute; depuis sa parution.<br />Mais ce qui est troublant dans cette photo est le d&eacute;cor : tableau, tapis, chandelier&hellip; on est l&agrave; dans une salle d&rsquo;eau am&eacute;nag&eacute;e dans une demeure milanaise longtemps apr&egrave;s sa construction. La salle de bain est ici une pi&egrave;ce comme les autres, t&eacute;moignant du m&ecirc;me style de vie.
Toilettes flottantes sur le Mékong. (Viêt Nam – 1993) Frédéric Huijbregts / Terre Bleue<br />Retenue par quelques piquets plantés dans le lit du fleuve, ces toilettes témoignent d’un art de vivre remarquable : fauteuil d’attente sur la plate-forme, système d’aération dans la cabine… Des colonies de poissons coprophages se chargent d’éliminer les déchets. L’augmentation de la population menace ces systèmes artisanaux dont l’équilibre écologique est fragile.<br />
Toilettes ext&eacute;rieures du camp suisse du Groenland, 70 kilom&egrave;tres au nord-est d&rsquo;Ilulissat. (Groenland &ndash; 2007) Bob Strong / Reuters<br />La chasse d&rsquo;eau ici n&rsquo;a pas cours. La sciure non plus probablement &agrave; moins que le compostage parvienne &agrave; maintenir le m&eacute;lange au-dessus de 0&deg;. Il fait -5&deg; en moyenne sur la calotte groenlandaise au printemps, de quoi bloquer toute r&eacute;action chimique. Ces toilettes ont &eacute;t&eacute; am&eacute;nag&eacute;es &agrave; quelques m&egrave;tres des tentes des chercheurs. Une planche de bois permet d&rsquo;occulter l&rsquo;ouverture et de pr&eacute;server une intimit&eacute; pr&eacute;caire.
Toilettes dans le Sahara marocain. (Maroc &ndash; 2005) Rainer Drexel<br />Le sous-sol du Sahara rec&egrave;le une quantit&eacute; d&rsquo;eau consid&eacute;rable que tous les grands pays d&rsquo;Afrique du Nord essayent de capter. Ces r&eacute;serves accumul&eacute;es depuis des millions d&rsquo;ann&eacute;es sont estim&eacute;es &agrave; 120 000 km3, soit trois fois la consommation d&rsquo;eau annuelle dans le monde entier. Et de quoi alimenter quelques chasses d&rsquo;eau pendant quelques mill&eacute;naires.
Une des deux derni&egrave;res vespasiennes de Paris, boulevard Arago, le long de la prison de la Sant&eacute;. (Paris &ndash; 2010) <strong>Marc Gibert &ndash; le bar flor&eacute;al</strong><br />&Agrave; partir de 1873, les vespasiennes fleurissent dans les rues de Paris. On en comptera jusqu&rsquo;&agrave; 4 000. Il n&rsquo;en reste que deux : l&rsquo;une est situ&eacute;e rue Mirabeau, dans le XVIe arrondissement; l&rsquo;autre, sur le boulevard Arago, est fr&eacute;quent&eacute;e par les chauffeurs de taxi et les policiers qui effectuent des rondes fr&eacute;quentes autour de la prison.
Une jeune femme examine des toilettes &agrave; l&rsquo;occasion d&rsquo;une foire artistique &agrave; Kiev en Ukraine. <strong>Sergei Supinsky / AFP Photo</strong><br />En 2009, des artistes ukrainiens ont install&eacute; sur la Place de l&rsquo;ind&eacute;pendance de Kiev des toilettes d&eacute;cor&eacute;es par leur soin. Ils sugg&eacute;raient aux passants de bien vouloir s&rsquo;asseoir sur ces si&egrave;ges bariol&eacute;s pour r&eacute;fl&eacute;chir &agrave; la crise. Les toilettes sont un lieu d&rsquo;humour et de pens&eacute;e !
Chiottissime!